Dans 2 mois vont débuter les Jeux Olympiques de Tokyo prévus initialement en 2020 mais reportés pour cause de pandémie.

L’occasion de revenir sur le parcours d’une des joueuses emblématiques du basket féminin africain.

Mwadi Mabika avait 20 ans lorsqu’elle s’est révélée au monde en participant aux J.O d’Atlanta en 1996 avec l’équipe des Léopards du Zaïre. Le légendaire intérieur NBA Dikembe Mutombo connaissait déjà Mwadi Mabika grâce à ses nombreux voyages dans sa République démocratique du Congo natale, mais la star des Atlanta Hawks ne se doutait pas de l’envergure que celle-ci allait prendre au fil des années.

Il faut remonter une année auparavant, la jeune Mwadi dit “Youyou” évoluait au sein du Club mythique de Kinshasa du Tourbillon, véritable fleuron du basket zaïrois dans la catégorie des dames.

Un jour d’été, elle et ses collègues de l’équipe ont l’agréable surprise de voir débarquer la star du basket et de la NBA Dikembe Mutombo, venu assister à un tournoi. Et à l’évidence, la jeune pépite Mwadi, pourtant remplaçante, était la plus en vue. Mutombo lui prodiguera des conseils qui marqueront la jeune joueuse: “Continue à travailler dur et nous verrons bien ce qu’il se passera.”

L’année suivante, les léopards se rendent à Atlanta pour les JO de 1996, après un titre de championne d’Afrique conquit en 1994. Mwadi Mabika éclabousse le tournoi de son talent et de sa classe, devenant une des meilleures marqueuses de la compétition et tournant à une moyenne de 17,3 points par match même si elle n’empêchera pas le Zaïre d’être éliminé prématurément du tournoi avec un bilan de zéro victoire.

Beaucoup d’universités avaient été impressionnées par la jeune prodige. Elles discuteront avec Dikembe Mutombo pendant le tournoi pour connaître les intentions de Mabika.

La star des Hawks convaincra Mwadi de patienter encore une année et d’attendre la création de la future “Grande” ligue féminine prévu en 1997.

Mwadi débarquera effectivement en 1997 en grande pompe pour la saison inaugurale de la WNBA en signant avec l’une des franchises les plus célèbres les Los Angeles Sparks(liées aux Lakers).

Image

Mwadi Mabika retrouvera une de ses adversaires d’Atlanta, l’américaine Lisa Leslie. Les Sparks perdent contre le Liberty de New York le match inaugural de la WNBA, dont les premiers points sont inscrits par Penny Toler. En 1997, leur première saison se conclut sur un bilan de 14 victoires pour autant de défaites, mais manquent la qualification pour les play-offs. En 1998, l’objectif est de nouveau manqué avec 12 victoires pour 18 revers. Mais avec le duo formé de Lisa Leslie et Mwadi Mabika les Sparks s’y qualifient en 1999 et 2000 avec des bilans de 20 victoires pour 12 défaites, puis le meilleur bilan de la ligue avec 28 succès pour seulement 4 défaites, mais le titre revient les deux fois aux Comets de Houston.

En 2001, sous la direction de l’ancien joueur des Lakers de Los Angeles Michael Cooper, Mwadi mabika et les Sparks remportent leur premier titre de championnes WNBA en battant les Comets puis le Sting de Charlotte.

Image
(Los Angeles Sparks tweet)

Les Sparks réalisent le doublé en 2002, Mwadi Mabika réalisera la meilleure saison de sa carrière au sein des Los Angeles. Devenant finaliste pour le titre de MVP, participant au All Star Game et elle sera élue dans le “WNBA First Team”.

Mwadi Mabika représentera ensuite à deux reprises la République Démocratique du Congo au Fiba Women’s AfroBasket(2005 et 2007).

Elle mettra un terme à sa carrière en 2007 après 16 ans de pratique du basketball et 10 ans de professionnalisme, une carrière débuté à l’âge de 15 ans dans les rangs de Tourbillon, où elle côtoiera les grandes légendes du basket féminin congolo-zaïrois comme la célèbre Cathy Lingenga.

Pendant plus de 20 ans, Mwadi ne va cesser de se battre pour le développement du Basket congolais en général et pour le basket féminin local, elle qui n’a jamais refusé une convocation pour venir défendre les couleurs de la sélection nationale qu’elle a porté pour la première fois à 17 ans lors des Championnats du Monde Junior en Corée en 1993; rencontrant beaucoup d’obstacles parfois localement.

“Je me sens investie d’une responsabilité de relancer le basket féminin au pays. Malheureusement, la mentalité n’est plus la même. Beaucoup de choses se sont passées alors que j’essayais d’aider et je n’ai pas du tout aimé cela.”

Mwadi Mabika continuera à suivre de prés l’évolution du basket africain et congolais. Elle s’investira dans des causes humanitaires également, notamment sur la situation tragique des femmes à l’Est de la RD Congo.

Elle demeure une femme remarquable, une basketteuse de légende et une ambassadrice qui aura marqué des années le sport congolais et africain.

(photo image/archive Fiba Basketball)

About Author

Eric Abi

Leave a Reply